Lexique
//

Des définitions pour tout comprendre

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z
Admission Post Bac : Ce dispositif a été mis en place pour simplifier les démarches en regroupant sur un seul site l’ensemble des formations de l’enseignement supérieur. Il vous permet d’obtenir de l’information sur les formations qui participent à la procédure, de rechercher les formations qui vous intéressent, de vous renseigner sur les établissements (liens avec leur site), d’émettre des voeux de poursuite d’études, de suivre son dossier Pour vous porter candidat, vous devrez suivre 4 grandes étapes : l’inscription Internet, la constitution et l’envoi de vos dossiers « papier » de candidature, les phases d’admission, l’inscription administrative dans l’établissement selon un calendrier harmonisé.
afdas : Fonds d’Assurance Formation des activités de la Culture, de la Communication et des Loisirs.
CHSCT : Le CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) est une institution représentative du personnel dont la présence est obligatoire pour les entreprises d’au moins 50 salariés. Les membres du CHSCT sont désignés conjointement par les délégués du personnel, et par le comité d’entreprise. Ses droits ont été revus il y a peu pour permettre au CHSCT une vraie possibilité d’action en tant qu’institution spécialisée dans le domaine des conditions de travail.
CIF : Le CIF est le droit de s’absenter de son poste de travail pour suivre une formation de son choix. Pour en bénéficier, le salarié doit remplir certaines conditions et présenter sa demande à l’employeur, selon une procédure déterminée. Le salarié peut bénéficier, également sous certaines conditions, d’une prise en charge de sa rémunération et des frais liés au congé. Le salarié peut aussi utiliser le CIF pour préparer et passer un examen. Le CIF est à l’initiative du salarié et s’effectue indépendamment des actions de formation prévues par le plan de formation de l’entreprise. Le CIF vous permet d’accéder à un niveau supérieur de qualification via une formation longue, de vous perfectionner et évoluer dans votre métier, de changer de profession ou de secteur d’activité. Le CIF s’adresse aux salariés du secteur privé en CDI justifiant d’une activité professionnelle de 2 ans (consécutifs ou non), dont une année dans l’entreprise actuelle ainsi qu’aux titulaires ou anciens titulaires d’un CDD justifiant IMPERATIVEMENT de 24 MOIS D’ACTIVITE salariée durant LES CINQ DERNIERES ANNEES DONT: 4 mois d’activité salariée, consécutifs ou non, sous contrat à durée déterminée, au cours des 12 derniers mois OU 6 mois d’activité salariée, consécutifs ou non, sous contrat à durée déterminée, au cours des 22 derniers mois. La prise en charge du CIF est d’une année maximum pour les formations à temps complet ou de 1200 heures pour les formations à temps partiel. La durée minimale d’un CIF est de 30 heures, néanmoins le CIF a pour vocation de permettre la mise en œuvre de projets nécessitant une formation longue. La formation peut se dérouler en plusieurs temps, sur une durée de 3 ans maximum. Le financement du CIF est assuré par des organismes paritaires agréés par l’État : le Fongecif, présent dans chaque région, ou dans certains cas, l’Opacif (organisme paritaire collecteur agréé pour le financement du congé individuel de formation) auquel l’entreprise verse ses contributions obligatoires pour la formation professionnelle continue. Le salarié bénéficie pendant son CIF de la prise en charge de sa rémunération (entre 80 et 100 %), d’une prise en charge partielle de ses frais de formation, et sous certaines conditions, de la prise en charge de ses frais de transport et d’hébergement. Pendant le congé individuel de formation, le contrat de travail n’est pas rompu, mais suspendu. Le salarié doit donc justifier de sa présence en formation. À l’issue de la formation, il réintègre son poste de travail ou un poste équivalent.
Contrat aidé : Un contrat aidé, ou emploi aidé, est un contrat de travail pour lequel l’employeur reçoit une aide financière qui réduit le coût du travail. Les contrats aidés visent à favoriser l’insertion dans l’emploi de personnes éprouvant des difficultés à être embauchées sous un statut de droit commun. Ils relèvent du secteur marchand ou non marchand.
Contrat d’apprentissage : Un contrat d’apprentissage désigne un contrat de travail d’un type particulier s’adressant à des personnes désireuses d’entrer en formation professionnelle, celles-ci s’appelant alors apprentis ou apprenti étudiant des métiers. En France, il fait partie des contrats aidés
CRAM : Caisse régionale d’assurance maladie. Son rôle est d’assister les personnes en difficulté, faire évoluer les structures sanitaires et médico-sociales, gérer les retraites, les accidents de travail, informer et prévenir. Elle se concentrent sur deux rôles : la gestion des retraites du Régime général de Sécurité sociale ; la tarification et la prévention des risques professionnels ainsi que la gestion de l’allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (ACAATA). Elle change de nom pour devenir les Caisses d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail (CARSAT).
DIF : Le droit individuel à la formation (DIF) permet au salarié d’acquérir un crédit d’heures de formation. Il peut ensuite l’utiliser, en accord avec son entreprise, pour développer ses compétences grâce à une action de formation, réaliser un bilan de compétences ou entreprendre une démarche de VAE. Tous les salariés bénéficient du droit individuel à la formation : . Les salariés en CDI peuvent utiliser leur crédit d’heures de formation dès qu’ils comptent un an d’ancienneté dans l’entreprise, . Les salariés en CDD doivent justifier de 4 mois de travail au cours des 12 derniers mois, consécutifs ou non, dans une ou plusieurs entreprises. Chaque salarié acquiert un droit individuel à la formation de 20 heures par an, cumulable sur six ans dans la limite de 120 heures. Pour les salariés à temps partiel ou en CDD, les heures de DIF sont calculées au prorata du temps de travail. Qui prend en charge les frais de formation ? . Pour les salariés en CDI, le DIF est financé sur le budget formation de l’entreprise. Si le DIF est réalisé pendant le temps de travail, la rémunération est maintenue par l’employeur. S’il est réalisé hors temps de travail, l’employeur verse une allocation de formation égale à 50 % de la rémunération nette. . Pour les salariés en CDD, le coût de la formation est pris en charge par le Fongecif qui rembourse également l’allocation de formation à l’employeur. NB : pour pouvoir bénéficier du DIF, la demande doit être effectuée pendant le contrat de travail.
Document Unique : Le document unique d’évaluation des risques professionnels est obligatoire dès le premier salarié que vous soyez une entreprise, une administration ou une association. Il est le résultat de l’évaluation des risques professionnels. Il liste les solutions à mettre en œuvre. Il est le point de départ d’une démarche de prévention des risques afin d’assurer la sécurité au travail de vos salariés.
Faftt : Fonds d’Assurance Formation du Travail Temporaire
FONGECIF : Les FONGECIF gèrent les CIF (Congés Individuels de Formation), le CBC (Congés Bilan de Compétences) et le Congé VAE, dans le cadre de la formation continue. Ces fonds sont financés par les entreprises via le paiement obligatoire de la contribution à la formation de leurs employés. Même les salariés dont les entreprises ne sont pas assujéties peuvent réaliser une demande de financement. Il est à noter que l’employé faisant appel à un FONGECIF n’est pas tenu d’en informer son employeur. Créé en 1983, le Fongecif Île-de-France est devenu un acteur primordial de l’information et de l’orientation des salariés. Les activités du Fongecif Île-de-France reposent sur deux grands axes : l’accompagnement, l’information et l’orientation des salariés ainsi que le financement des projets professionnels
Formation de niveau III : Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation du niveau du brevet de technicien supérieur (BTS), du diplôme des instituts universitaires de technologie (DUT), ou de fin de premier cycle de l’enseignement supérieur (trois ans de scolarité après le baccalauréat depuis la réforme LMD visant à l’harmonisation européenne des études supérieures)
Formation de niveau V : Personnel occupant des emplois exigeant normalement un niveau de formation équivalent à celui du brevet d’études professionnelles (BEP) ou du certificat d’aptitude professionnelle (CAP), et par assimilation, du certificat de formation professionnelle des adultes (CFPA) du premier degré. Ce niveau correspond à une qualification complète pour l’exercice d’une activité bien déterminée avec la capacité d’utiliser les instruments et les techniques qui s’y rapportent. Cette activité concerne principalement un travail d’exécution qui peut être autonome dans la limite des techniques qui y sont afférentes.
HALDE : Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité des chances – Elle est chargée de lutter contre toutes les formes de discrimination
Niveau linguistique A2 : Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues : Apprendre, Enseigner, Évaluer (CECRL) est un document publié par le Conseil de l’Europe, qui définit des niveaux de maîtrise d’une langue étrangère en fonction de savoir-faire dans différents domaines de compétence. Ces niveaux s’imposent actuellement comme la référence dans le domaine de l’apprentissage et de l’enseignement des langues. Le niveau A2 correspond à: Peut comprendre des phrases isolées et des expressions fréquemment utilisées en relation avec des domaines immédiats de priorité (par exemple, informations personnelles et familiales simples, achats, environnement proche, travail). Peut communiquer lors de tâches simples et habituelles ne demandant qu’un échange d’informations simple et direct sur des sujets familiers et habituels. Peut décrire avec des moyens simples sa formation, son environnement immédiat et évoquer des sujets qui correspondent à des besoins immédiats.
Niveau linguistique B1 : Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues : Apprendre, Enseigner, Évaluer (CECRL) est un document publié par le Conseil de l’Europe, qui définit des niveaux de maîtrise d’une langue étrangère en fonction de savoir-faire dans différents domaines de compétence. Ces niveaux s’imposent actuellement comme la référence dans le domaine de l’apprentissage et de l’enseignement des langues. Le niveau B1 correspond à: Peut comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et s’il s’agit de choses familières dans le travail, à l’école, dans les loisirs, etc. Peut se débrouiller dans la plupart des situations rencontrées en voyage dans une région où la langue cible est parlée. Peut produire un discours simple et cohérent sur des sujets familiers et dans ses domaines d’intérêt. Peut raconter un événement, une expérience ou un rêve, décrire un espoir ou un but et exposer brièvement des raisons ou explications pour un projet ou une idée.
Niveau linguistique B2 : Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues : Apprendre, Enseigner, Évaluer (CECRL) est un document publié par le Conseil de l’Europe, qui définit des niveaux de maîtrise d’une langue étrangère en fonction de savoir-faire dans différents domaines de compétence. Ces niveaux s’imposent actuellement comme la référence dans le domaine de l’apprentissage et de l’enseignement des langues. Le niveau B2 correspond à: Peut comprendre le contenu essentiel de sujets concrets ou abstraits dans un texte complexe, y compris une discussion technique dans sa spécialité. Peut communiquer avec un degré de spontanéité et d’aisance tel qu’une conversation avec un locuteur natif ne comportant de tension ni pour l’un ni pour l’autre. Peut s’exprimer de façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets, émettre un avis sur un sujet d’actualité et exposer les avantages et les inconvénients de différentes possibilités.
OPCA : En France, un organisme paritaire collecteur agréé (par l’État), souvent abrégé en OPCA, est une structure associative à gestion paritaire qui collecte les contributions financières des entreprises qui relèvent de son champ d’application dans le cadre du financement de la formation professionnelle continue des salariés des entreprises de droit privé.
Stress (au travail) : Le stress « survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face. Bien que le processus d’évaluation des contraintes et des ressources soit d’ordre psychologique, les effets du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique. Il affecte également la santé physique, le bien-être et la productivité ». On retrouve dans cette définition trois notions importantes : les facteurs de stress, c’est-à-dire des situations de travail contraignantes qui vont favoriser l’apparition de l’état de stress; la personne qui va réagir à ce qui lui pose problème, à la fois avec son corps et son psychisme; et les effets observables sur les comportements ou la santé de la personne et sur l’entreprise, si la situation concerne un nombre important de salariés. (D’après l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail)
TOIEC : TOEIC est l’abréviation de l’anglais « Test of English for International Communication » (TOEIC®), examen certifiant que vous maîtrisez la langue de l’anglais commercial, autrement dit, l’anglais. Le test d’anglais TOEIC® évalue vos connaissances de la langue anglaise en fonction de votre aisance orale et écrite et de votre compréhension écrite et orale. Ce test évalue en effet l’aptitude d’une personne à employer et comprendre l’anglais dans un contexte professionnel et universitaire. Le diplôme obtenu par la passation du TOEIC® est le sésame recherché par les entreprises qui souhaitent recruter un personnel particulièrement compétent. LE TOEIC® est le choix par excellence de tous ceux et celles qui souhaitent mettre les meilleures chances de leur côté pour décrocher les postes internationaux les plus convoités. Ce diplôme est en effet le critère de recrutement de plus 9 000 entreprises dans 100 pays.
Unifaf : Un organisme paritaire collecteur agréé par l’Etat (OPCA) pour collecter et gérer les fonds de la formation professionnelle continue des entreprises de la Branche professionnelle sanitaire, sociale et médico-sociale, privée à but non lucratif. Créé en 2005, Unifaf fait suite à Promofaf créé en 1972
VAE : Possibilité légale d’acquérir un titre en faisant reconnaître l’expérience que l’on a acquise soit dans le travail, soit dans un autre cadre comme le bénévolat, le syndicalisme ou la famille. Cette reconnaissance d’expérience, validée par les professionnels, dispense d’effectuer tout ou partie de la formation qui serait nécessaire à l’acquisition du titre